Cette agence est le résultat de la fusion entre Seine-et-Marne Développement et Seine-et-Marne Tourisme. Denis JULLEMIER, actuellement Président de Seine-et-Marne Développement, fait le point sur ces évolutions et évoque les pistes de développement à venir pour cette nouvelle institution.

Avec quel état d’esprit avez-vous pris la tête de Seine-et-Marne Développement ?

Ce n’est pas nouveau pour moi, puisque j’étais déjà vice-président de Seine-et-Marne Développement (SMD) au côté d’Arnaud de Belenet. J’ai accepté la présidence avec enthousiasme, même si le dossier n’est pas facile, dans la mesure où nous devons faire évoluer SMD dans le contexte de la loi NOTRe. Seine-et-Marne Développement doit fusionner avec Seine-et-Marne Tourisme (SMT), pour former l’Agence Seine-et-Marne Attractivité, regroupant sous la forme d’un établissement public à caractère industriel et commercial (Epic), le développement économique et le tourisme.

Un Groupement d’intérêt public (GIP) sera constitué en parallèle autour du département et de ses cinq organismes associés : Act’Art, Aménagement 77, le Conseil d’architecture, d’urbanisme et de l’environnement (CAUE), Initiatives 77 et Seine-et-Marne environnement. Il s’agit donc d’un bel enjeu pour le département.

Où en est-on aujourd’hui ?

Nous souhaiterions mettre en place l’Agence d’attractivité en fin d’année, courant octobre-novembre. Une fois cette agence constituée, nous dissoudrons Seine-et-Marne Développement. Nous travaillons actuellement sur la mise en place de ses missions et de son organigramme, en lien avec la Région Île-de-France, qui doit nous confier l’animation des bassins d’emploi. Ce qui devrait nous permettre d’offrir un poste à l’ensemble du personnel de SMD et SMT, puisqu’il existe évidemment des complémentarités.

En parallèle de cette nouvelle organisation à deux têtes, un conseil stratégique de développement, le Conseil stratégique pour la croissance et le développement de la Seine-et-Marne, sera constitué. Il doit notamment regrouper les collectivités territoriales, Région comprise. Les chambres consulaires et les organisations patronales, qui étaient intégrées au sein de Seine-et-Marne Développement, ne pourront plus adhérer au nouvel organisme. Ces derniers prendront donc également part à ce conseil stratégique de développement.

Cette nouvelle organisation est-elle spécifique ?

Nous sommes finalement innovants au regard de l’Île-de-France. D’autres départements, comme le Val-de-Marne, ont décidé de fermer définitivement leur agence de développement économique, laissant sur le carreau l’ensemble du personnel. À l’inverse, nos agents pourront bénéficier de notre volonté de réutiliser ces ressources humaines, ces compétences, au service du Département et de l’Agence d’attractivité. En outre, la fusion entre le tourisme et l’économie lui donnera une nouvelle dimension, contribuant à donner une image forte à la Seine-et-Marne. Nous ne sommes d’ailleurs pas les seuls à avoir fait ce choix : l’Alsace, de la même manière, a décidé de regrouper son agence touristique « Bienvenue en Alsace » et son agence d’attractivité « Entreprendre en Alsace ».